Historique

L'histoire du critérium de la première neige à Val d'Isère

Une épreuve incontournable de la coupe du monde de ski

1955

1955

Les premières compétitions n’attaquant alors qu’en janvier, il y a un créneau à prendre. Les géniaux Charles Diebold et Louis Erny ne s’y tromperont pas, 3 ans après les Championnats de France qu’ils avaient organisés sur Bellevarde, le Critérium de la Première Neige sera, comme son nom l’indique, le grand rendez-vous de début de saison. Pour cette première édition, 55 coureurs prendront le départ. Si Jean Bourdaleix sera le premier vainqueur de l’histoire de cette course, le local Firmin Mattis s’imposera à deux reprises en slalom et sur le combiné.

1965

1965

Pour les dix années d’existence du Critérium, le ski Français est à la fête et son équipe en forme olympique.

Sous l’égide de leur entraîneur emblématique Honoré Bonnet, ce ne sont pas moins de 15 marches de podium qui seront occupées par les tricolores sur les 7 courses que proposera cette édition, en s’imposant sur 5 d’entre elles, un record inégalé.



1967-1968

1967-1968

Pénurie de neige cette saison-là. Tenace et déterminé, Louis Erny, président du Club des Sports parvient à organiser les épreuves sur le glacier du Pissaillas. Marc Holder, alors président de la FIS assiste à la course encore non labellisée Coupe du Monde. Bluffé, il fait alors la promesse à Val d’Isère que tant qu’il serait président, la station aurait des points FIS. Le Critérium obtiendra le label Coupe du Monde l’année suivante.

1979

1979

Cette année sera celle du mérite pour la parisienne Caroline Attia. Au départ de la descente la skieuse du racing club de France se déboîte l’épaule, cela ne l’arrêtera pas et c’est à près de 100km qu’elle passera la ligne d’arrivée de la OK, le bras ballant à 3 seconde de Marie-Thérèse Nadig qui s’imposera ce jour-là. Du côté des hommes, c’est le suédois Ingemar Stenmark qui se distingue en remportant ici son douzième géant d’affilé alors qu’un certain Michel Vion prendra la troisième place du combiné.

1988

1988

En ce début de saison, la neige manque cruellement et compromet l’organisation du Critérium. Le comité d’organisation se creuse la tête pour réussir à enneiger suffisamment la piste afin de passer le contrôle neige de la FIS et, pour la première fois dans le circuit de la Coupe du Monde, c’est par hélicoptère que la neige sera acheminée sur la piste. Le travail acharné du service des pistes fera le reste et la descente dames pourra être assurée offrant sa deuxième victoire avaline à l’italienne Michela Figini.

1992

1992

Après une quinzaine olympique fastueuse, la face de Bellevarde est à nouveau sous les feux de la rampe. Afin d’offrir à son poulain Patrice Bianchi, meilleur slalomeur français, la chance de pouvoir accrocher une victoire sur ses terres, le Club des Sports s’est battu pour obtenir un slalom, le premier depuis 1967. Porté par la ferveur de ses proches dans l’aire d’arrivée, Patou remporte haut la main la première manche, mais le rêve d’un triomphe à domicile s’envolera en enfourchant un piquet à la deuxième manche, laissant la victoire au suédois Thomas Fogdoe.

1995

1995

Pour ses quarante ans, le Critérium s’offre un retour gagnant. Celui des dames tout d’abord qui reprennent leur droit sur la OK après 6 ans d’absence pour le plus grand bonheur de l’autrichienne Alexandra Meissnitzer et de l’allemande Martina Ertl qui s’imposent. Mais l’évènement de cette année anniversaire sera le triomphe de Luc Alphand qui après un succès fracassant à Kitzbühel la même année offre à la France sa première victoire en descente depuis Henri Duvillard en 1970.

1998

1998

Cette année marque le grand retour d’ « Herminator », l’autrichien Hermann Maier qui s’était vu disqualifié l’année précédente pour avoir crié victoire un peu trop tôt et retiré son ski afin de le brandir avant la ligne d’arrivée de la OK. Une erreur qu’il ne reproduira pas et qui l’incitera à revenir plus fort en cette année 1998 où il s’imposera dans le super G avec plus d’une seconde d’avance sur son compatriote Stephan Eberharter.

2007-2008

2007-2008

À un an des Championnats du Monde l’heure est aux derniers réglages. Si les conditions contraignent la station à annuler les épreuves dames en décembre 2007, c’est sous un soleil radieux de février que la Face de Bellevarde revêt ses apparats de courses 15 ans après les Jeux Olympiques d’Albertville. Si Bode Miller est le premier à s’y illustrer en remportant le super-combiné c’est Carlo Janka qui profitera de la reprise des épreuves techniques de Beaver Creek en décembre 2008 pour s’offrir un doublé sur cette Face qui lui permettra d’accrocher 2 médailles aux Championnats du Monde, deux mois plus tard.

2012

Habitué aux conditions d’enneigement difficile, le comité d’organisation fait cette année-là face à une neige abondante les contraignant à modifier le programme à la dernière minute en inversant le géant et le slalom homme qui, pour la première fois, verra sa deuxième manche se disputer en nocturne. Une aubaine pour le talentueux Alexis Pinturault. Galvanisé par les projecteurs de Bellevarde et porté par un public conquis et rêvant d’une nouvelle victoire française, Alexis explose la course et s’offre un podium historique.